• L'antre de la folie de John Carpenter (1994)

    Durée : 1h 35

    Disponible en dvd.

    Les articles

    Note : 17/20

     

    Le film l’antre de la folie ou de son titre original
    mouth in the madness sorti en France en 1994. Son
    réalisateur John Carpenter déjà devenu dans le
    monde entier l’un des maîtres de l’horreur avec
    des œuvres comme The thing, The fog, Christine et
    surtout Halloween, la nuit des masques, signa ici
    son 13ème longs métrages où il rend hommage aux
    célèbres auteurs fantastiques tels que Stephen King,
    Edgard Allan Poe et H.P Lovecraft. Le rôle principal
    étant tenu par Sam Neill vu un an plus tôt dans le
    premier Jurassic Park, ce film sera récompensé du
    prix de la critique en 1995 au Fantasporto mais ne
    connaîtra pas cependant une grande réussite.

     L’histoire débute sur la disparition soudaine d’un
    auteur de livres d’horreurs à succès Sutter Cane
    juste avant la sortie de sa dernière œuvre l’antre
    de la folie lorsque des évènements de plus en plus
    étranges se produisent dans les environs. John
    Trent enquêteur pour les assurances est chargé par
    le directeur de la maison d’édition de se lancer à
    la recherche de la célébrité. Accompagné de Julie
    Carmen, ils pénètreront avec du mal dans la ville
    de Hobb's End qui n’étant mentionné sur aucunes
    cartes possède le même nom que celle du livre de
    Sutter Cane ou se déroule toutes ses histoires. Au
    fur et à mesure, l’univers d’épouvante fictif des
    livres semble être devenu la réalité, et nos deux
    personnages seront plongés dans l’horreur la plus
    totale en tentant de s’échapper de ce monde.

    Cette histoire est incroyable car elle sait vous mettre
    mal à l’aise pendant tout le long du film, un
    enchainement de questions que l’on se pose qui
    n’aboutit à la fin qu’a encore plus de questions, une
    remise en question totale sur qui y représente la
    folie, nous trouvons-nous dans l’histoire de ce gentil
    héro qui rentre dans un monde d’horreur créé de
    toute pièce par un auteur un poil satanique qui veut
    mettre le chaos dans notre monde, ou bien sommes-
    nous tout simplement dans l’imagination de John,
    dans le monde tourmenté d’une personne
    complètement folle qui a perdu la raison après la
    lecture de ces livres. C’est très perturbant de
    n’obtenir aucunes réponses même minimes, c’est
    donc à nous de nous faire notre propre avis, notre
    propre vision de l’histoire et notre manière de la
    conclure. John Carpenter ici, s’illustre encore
    comme le maître de l’ambiance, vu les frissons dans
    le dos que l’on a durant de nombreuses scènes, car je
    peux vous dire que même lorsque l’on a l’habitude
    de tout ce qui est en rapport avec l’horreur, ce film
    sait utiliser nos craintes parfaitement, se retrouver
    dans un monde irréel sans pouvoir en sortir, seul et
    face à des créatures, des fous, donc dans un livre
    d’un auteur fantastique, ca effraierait n’importe
    qui ! Si ca ce n’est pas un vrai scénario torturé, en
    tout cas parfait hommage à ce grand HP Lovecraft.
    Point de vue esthétique, Hobb's End, une petite ville
    à l’apparence très calme et agréable cache un monde
    bien plus noir qu’on ne le croit, et c’est cette
    contradiction qui fait peur, comme si tout ce qu’on
    connaissait depuis toujours pouvait cacher les plus
    horribles choses, déjà lors de leur arrivée il fait jour,
    la nuit tombant le monde, ces lieus de plus en plus
    sombres révèlent leurs aspects cachés et on finit par
    avoir un grand nombre de petites anecdotes, se
    trouvant chacune dans un tome précis, le film évolue
    comme l’histoire des livres de Sutter Cane dont on
    ne connaît rien de la fin. On accompagnera très bien
    le personnage, le retrouvant déjà dans un asile puis
    de retour à la réalité, on cherche à savoir comment il
    en est arrivé là et on l’accompagne dans son propre
    déchantement ou dans celui de son monde, on se met
    à la place pendant tout le long, au final c’est nous
    qui sommes perturbé. Ce film a vraiment un coté
    psychologique très fort, de la terreur, de l’angoisse
    tout ca dans une ambiance d’histoire fantastique car
    on nous suggère plutot que l’on nous montre,
    l’imagination fait le reste et cela parait tellement
    réel, c’est au final une grande réflexion sur nous
    même qui se produit. Carpenter jouera surtout sur
    les bruitages le thème du film restant assez classique
    c’est dans le représentation esthétique, les
    maquillages qu’il saura montrer un univers
    terrifiant de superbe qualité.

    Je ne comprendrai jamais pourquoi ce film est passé
    si inaperçus aux yeux du public sans doute trop
    bizarre, trop choquant et malsain car oui ne vous
    attendez pas à un film d’horreur classique nous nous
    trouvons ici dans un hommage à lovecraft très fidèle
    qui recherchera en nous nos pires peurs et angoisses.
    Après le visionnage de ce film je me suis sentis
    malgré tout un peu perturbé, je n’avais pas
    spécialement peur des monstres sous mon lit mais
    plutôt d’arriver dans un monde pareils, de
    rencontrer un auteur de ce style ou bien devenir moi-
    même folle, ce qui prouve l’effet immédiat de ce
    film. Je lui mettrais donc 17 car je suis rentré tout
    de suite dans l’histoire, peut-être quelques petites
    longueurs dans le film par moment mais largement
    compensé par la manière dont j’étais dans le
    suspens ! J’ai adoré que l’on joue avec mes
    sentiments. Question maquillage ici aussi je peux
    dire que cela à un peu vieillit mais cela passe encore
    très bien, les effets spéciaux étant pour l’époque très
    réussis, ils sont loin d’être ce qui compte le plus. Si
    vous aimez les films psychologiques, tirés de romans
    fantastique ce film est fait pour vous ! (je sais c’est
    rare, surtout à ce point la…)

    Les articles

    Les articles

    Les articles

     

    Et voici le thème musical du film composé par John Carpenter lui même comme il en a l'habitude et Jim Lang, bonne écoute :

     

    « La féline de Paul Schrader (1982)C'est le début ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :